Harcèlement à l’école – le débat

En ce moment sur la toile plus que dans les salles des profs (avouons-le, moi, j’en fréquente deux et pas un mot là-dessus pour l’instant…) on parle du harcèlement scolaire et surtout du clip de Melissa Theuriau qui fait débat.

Le clip est adressé aux élèves de primaire et dans ce clip on voit un élève qui se fait harceler par ses camarades dès que l’enseignante tourne le dos. Tout est caricatural (pour que les enfants comprennent? arrêtons de les prendre pour des crétins aussi peut-être, mais ça c’est un autre débat) et surtout l’image donnée ici de l’enseignante qui n’est en plus pas très positive. Elle est caricaturale aussi dans le film Matilda adaptée du roman de Roald Dahl et pourtant elle est pas négative alors pourquoi ici? Bref le débat est long, les différents acteurs ne sont pas d’accord sur ce que chacun devrait voir et c’est ça le truc, peut-être qu’on s’est dit que ce clip était adressé aux enfants et peut-être que oui, quand on le regarde avec des yeux d’enfants on ne fait pas attention à l’enseignante, mais quand on est adulte, j’avoue, on ne peut pas s’empêcher de lire plein de choses à la fois, même inconsciemment et je pense qu’il est un peu hypocrite de ne pas y avoir pensé « soi-disant ». Je pense qu’il est aussi peu sensé de refuser la vision de chacun comme un argument. Si la personne l’a vue comme ça, et si en plus elle n’est pas seule, on ne peut pas dire que non, ce n’est pas ce que montre la vidéo. Ya des cours de communication à revoir là je crois… bref!

Le choix du lieu aurait pu être choisi différemment pour ainsi éviter des amalgames stupides, on aurait pu prendre en compte que tout le monde puisse le voir et donc réfléchir à un public plus large et aux différentes interprétations. Bon, ça n’a pas été fait, tant pis. Mais j’ai une question quand même… pourquoi ne pas l’avoir fait dans la cour de récré??? ça aurait tellement simplifié les choses et rendu ce message bien plus clair pour tout le monde.

Et pourquoi ne pas dire qu’un adulte peut aider? Peut être utile? Vous croyez qu’on ne voit vraiment rien? Sûrement, oui, on ne voit pas tout, mais on en voit des choses. Et on peut faire des choses. On peut être un guide. Déjà on peut donner de l’espace aux élèves pour s’exprimer sans pour autant intervenir de manière à ne pas faire de dégâts. On peut leur montrer comment agir eux, sans agir directement nous.

Hier par exemple, un élève a éternué sur un autre élève en prononçant son prénom qui est d’origine indienne et qui peut facilement être prononcé comme l’onomatopée de l’éternuement en français. Et ce, devant mon nez. J’ai vu que l’élève victime a ignoré le fait mais c’est devant mon nez! Croyez-vous que mon rôle soit de rester insensible? non. Je sais que la situation est délicate et plutôt que de dire à l’élève qu’il devait des excuses à son camarade, ce que je sais inutile, je lui ai plutôt fait remarquer devant tout le monde que quand son prénom était le même que celui d’un manuel scolaire on devrait plutôt s’abstenir. L’élève de harceleur est devenu victime, ça lui a fait drôle. J’ai montré aux élèves comment retourner la situation. Il n’a plus fait mine de chercher à embêter qui que ce soit de l’heure même s’il a pas mal bavardé (il est au premier rang, j’entends tout, superbe capacité que celle d’écouter en parlant quand on est prof). A la fin de l’heure j’ai arrêté la première victime et l’ai félicité pour son attitude, l’ignorance est un bon stratagème. Il a eu l’air content et m’a dit que j’avais une bonne répartie. Je trouve qu’on ne leur dit pas assez quand ils sont capables. Et je pense que certains élèves ont pu voir. Est-ce que moi je deviens harceleuse du coup? ça par contre, je ne sais pas. Quand l’élève en question a eu une question ou alors quand il a voulu participer, j’ai fait comme si rien ne s’était passé, j’ai fait la part des choses entre le moment où il avait besoin d’être remis à sa place et le moment où il redevenait mon élève. ça demande une élasticité et une souplesse, ça demande de rester neutre malgré tout. J’y tiens, vraiment. Et je le ferai pour tout élève, même pour ceux qui m’enquiquine en classe, quand vraiment ils sont dans le besoin, je suis une adulte, je ne leur renvoie pas à la figure qu’ils n’ont pas été cools donc je ne suis pas cool, il y a des temps à découper. t’es pas cool, t’es puni, mais si un quart d’heure après, alors que tu ne dis plus rien, tu as besoin d’aide, je suis là.

Et puis sinon il y a cette vidéo que tout le monde devrait juste regarder. Comment guider les enfants, leur montrer sans intervenir de façon négative. Elle explique même pourquoi on ne peut pas intervenir, nous, les adultes, sans que ça ait une portée négative. Si seulement on pouvait la montrer à tous les profs, parents et élèves, on avancerait je crois:

Ajout du jour: j’ai demandé aux collègues ce qu’ils en pensaient. L’une de mes collègues, dont j’étais certaine d’avoir une réponse réfléchie et hors du commun (j’ai beaucoup d’estime pour elle, si elle savait…!) m’a dit qu’elle avait eu la chance de découvrir le spot avant les débats et qu’avant de se poser la question de l’image de l’enseignante, elle s’est étonnée du vieux tableau à la craie. Quand l’école se veut l’école du numérique, on essaie de le mettre en avant jusqu’au bout! J’ai beaucoup aimé sa réponse 🙂 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s