Je suis une salope.

Ce midi un collègue assistant d’éducation est venu me montrer une photo sur son portable. On a tagué les nouvelles toilettes des garçons. Un élève. Il visait deux profs dans ses tags. Je suis la deuxième. Je suis une salope.

Je sais que normalement il ne faut pas le prendre pour soi et je vais bien finir par réussir à me convaincre moi-même que j’en ai rien à foutre, il s’est défoulé sur moi, c’est bon, mais franchement c’est pas le moment. J’aurais mieux fait de ne pas savoir. Surtout après une semaine de stress entre les aller-retours pour les conseils de classe et l’inspection et ses changements de dernière minute parce que comme je ne suis pas à 100% sur un bahut j’ai du mal à suivre… Bref, faut que je sois suffisamment convaincante avec moi-même mais c’est dur. Voire impossible à l’heure qu’il est.

Parce qu’aucun élève n’a que deux profs. Donc s’il a pensé à moi d’abord, c’est que vraiment je le fais chier. Alors certes, j’ai des collègues qui adorent savoir que les élèves les craignent. Je devrais d’ailleurs, en fait, car ce sont les meilleurs selon la légende urbaine. Mais ce n’est pas l’image que je me faisais de ce métier et de ce que voulais être comme prof. Moi je voulais des élèves qui se sentent en confiance avec moi, des élèves qui se sentent bien même ceux qui n’ont pas la vie dure à l’extérieur de l’école, des élèves qui ne se sentent pas complexés par la langue, des élèves qui ne se sentent pas menacés. Moi ce qui m’a fait vouloir devenir prof c’est Whoopi Goldberg dans Sister Act. C’est l’enseignante dans Mathilda. Celle qui crée un espace serein où les élèves se sentent bien et libres de s’exprimer. Ok, j’aurais pu faire prof en maternelle pour ça mais en fait c’est la même chose de l’autre côté du grillage…

tumblr_nc65un8hQB1r13v48o6_250

Alors des fois j’arrive à rigoler avec mes élèves tout en travaillant, surtout ceux de la rep d’ailleurs. Mais il reste un problème.  Ils me mettent des batons dans les roues parce que jouer le jeu pour eux, ça ne fonctionne pas. Trois heures par semaine ça ne suffit pas. Il y a trop de choses à l’extérieur pour que passer le seuil de ma porte les fasse changer d’attitude. J’ai raté ma rentrée parce que je ne connaissais pas leurs codes de langage et donc les clasher pour leur faire peur de s’en reprendre une verbale mais pas suffisamment clash pour que ça les fasse virevolter, ça les fasse taire, j’ai pas encore le mode d’emploi. Je passe mon temps à les menacer, à prendre des carnets et ça m’épuise parce que je n’ai que des classes qui demandent des profs durs, je vous présente les 4emes, 3emes… bref, je galère et quand l’assistant pédagogique demande aux gamins ce qu’ils pensent de moi j’ai le droit à un « elle est sympa mais elle est pas assez sévère » mais c’est quoi sévère? Bah apparemment c’est pas salope…

Donc je cherche, encore…

Je voulais être juste et je pense que c’est ce qu’ils me reprochent, de ne pas l’être. Mais c’est dur de l’être. Je tente de les mettre à ma place de temps à autre à mettre les bâtons et tout, mais rien n’y fait. Le temps passe et rien n’y fait. J’étais contente d’entendre la chargée de mission pour l’inspection me dire hier que je pouvais le faire, mais dans un autre contexte ça aurait été plus sympa.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s